Une caravane a été organisée dimanche à Kinshasa pour marquer l’ouverture de la 3ème édition du Forum social qui offrira pendant quatre jours un espace à la population pour interpeller les acteurs politiques sur les conditions sociales des Congolais.

La troisième édition du Forum social a été lancée dimanche 23 octobre dernier au carrefour des jeunes à Kinshasa. Elle a été précédée, le même jour, par une caravane qui a réuni des associations des jeunes, des organisations paysannes… Mais, les ONG ont brillé par leur absence.

Cette caravane est partie du rond point Kimpwanza à Kasa-vubu pour le carrefour des jeunes à Kalamu, via l’avenue Assossa, le boulevard Triomphal, les avenues Gambela, Victoire et Kasa-Vubu.

Placée sous le thème mobilisateur « 51 ans après l’indépendance, où sommes nous ? », ce forum prendra fin le mercredi 26 octobre prochain et, offrira pendant quatre jours une précieuse opportunité à la population d’interpeller les acteurs politiques emballés dans la course électorale sur l’état des lieux des conditions sociales des Congolais.

« En pareilles occasions, l’ouverture de l’événement comme forum social congolais doit être marquée par des festivités. Et selon nos traditions, le forum social commence toujours par une caravane, les gens marchent pour manifester leur joie, leurs retrouvailles de manière à ce qu’ils soient visibles », a souligné le coordonnateur de cette activité Martin LOFETE NKAKE.dani_f

Celui-ci a poursuivi que les calicots alignés avec des messages clés doivent êtres aussi remarqués par le public de telle sorte qu’il y ait dissémination de l’information.

« Donc aujourd’hui, la marche pour le forum social est une étape d’ouverture, viendra en suite l’étape des ateliers, des conférence-débats, etc. », a-t-il précisé.

Selon le secrétaire permanent de Prodes Dani SINGOMA, ce rassemblement est simplement pour donner une opportunité à notre population de pouvoir avoir un espace populaire de liberté d’expression, ça veut dire que les gens s’expriment comme ils veulent avec leurs messages, leurs revendications, leurs soucis tout en essayant de proposer des alternatives.

« Nous ne sommes pas un parti politique, nous ne sommes ni de l’opposition, nous ne sommes ni du pouvoir mais, nous sommes la Société Civile sans couleurs. Et à travers nous, nous nous réunissons pour que nous puissions proposer des alternatives à la construction du pays, à la gouvernance et à tout ce qu’il faut pour améliorer les conditions des vies des populations » a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les attentes de cette grande activité, Dani SINGOMA a fait savoir : « nous attendons de ce forum que les gens puissent s’exprimer librement, les dirigeants comprennent que la population ont leur revendication et qu’elle a besoin de s’exprimer ».

Il a enfin appelé les dirigeants de tenir en compte les revendications de la population, surtout dans la reformulation des projets de programmes pour les élections avenirs.

Des banderoles et calicots, porteurs des messages déjà

Avant même le Forum, déjà l’on se faisait une idée sur la nature des messages à passer en lisant les inscriptions placardées sur des banderoles, calicots, T-shirts et autres objets. Ces messages ramassent tous les secteurs de la vie.

On pourra lire inscriptions liées aux élections, soins de santé, à la justice, au travail :

« Nous jeunes congolais, nous voulons des élections transparentes et apaisées », « Non à toute forme des violences avant, pendant et après les élections », « la justice pour tous, dignité de la personne humaine », « Ensemble, formulons des propositions nouvelles  pour l’avenir d’une Rdc plus digne, plus juste, plus juste, plus égalitaires, plus respectueuses de la dignité humaines », « 51 ans après l’indépendance, les travailleuses congolaises et les travailleurs congolais méritent un travail décent pour une vie décente », « Pour l’accès de tous aux soins de santé de qualité, à une alimentation saine, à une vie digne et à une travail décent ».

Il y eu également des messages sur l’enfant congolais, la femme, l’enseignement : « Nous exigeons la participation active dans l’élaboration du plan stratégique 2011-2015 pour la réduction de la pauvreté », « nous militons pour l’enseignement de qualité pour tous », « L’enfant congolais n’est pas un danger, il est en danger. Protégeons ses droits », « Investir dans l’homme pour son bien être ».

Des messages sur l’environnement, la sécurité et la situation politique n’ont pas manqué : « 51 ans après, quel avenir pour nos forêts », « Un autre Congo sans misère et possible », « 2011, plus jamais des députés qui trahissent les intérêts de peuple congolais », « la protection de l’environnement  et l’utilisation rationnelle de nos richesse, un devoir civique », « Luttons contre le Kuluna en Rdc », « Soutenir les jeunes artistes et leurs œuvres »...

Hyamaz/MMC